L'histoire

D’étoiles dansantes en bons gros tétons laiteux, Ancelin - le héros - est ballotté au milieu de personnages ciselés à la hache, tous aussi attachants que terribles…
Frédéric David fait partager ce qui l’habite depuis toujours : des histoires « faites maison » comme une grande épopée au coeur de son enfance, avec ses monstres et ses douceurs. De folies ordinaires en barbaries quotidiennes. Nous goûterons ainsi à toute une série de portraits d’une humanité, en prise avec leur propre vie, dans ce qu’elle a d’attachant et de révoltant, au fil d'une histoire qui dénonce les batailles de clochers, défend l’idée des différences et qui prône évidemment la nécessité impérieuse de s'ouvrir au monde…


Comme si par de petites histoires, on en revenait toujours à la même histoire ; celle d’êtres humains qui feront tout pour survivre dans cette « folie » ambiante.

 

Notes de mise en scène
« Rire de nous même et toucher l’humanité toute entière »
Tout commence par un conteur sur scène qui incarne l'homme.... Un homme adulte - cela se voit - porté par une histoire qui prend racine dans une enfance - en cela il est bien humain,  comparable à nous. Il y a là, proche de lui, un homme musicien, généreux et bienveillant - il le porte sur lui - ! Le décor est planté.
Il nous parle, nous raconte son chez lui. Nous fait découvrir ses frontières visibles et intérieures...Nous balance dans ses espérances, ses rêves, ses peurs. Et voilà que tout bascule, l'homme de scène retourne à la source des plus grandes utopies... Les monstres sont omniprésents mais il en voit la bonté, la générosite... Et tout devient profondément joueur et optimiste.
La forme devient alors spectaculaire et enlevée... On sent l'urgence de dire... Il faut à cet homme parler de cet univers qui l'entoure... Revenir aux motivations et convictions... Il décrit « son » monde humain, mécanique, onirique, surréaliste.
Le conteur distille sa parole, corps et âme. Elle se structure, s'intensifie, se débride...envolées verbales fracturées de silences... Une parole contée et jouée, phrasée et gestuelle. Ruptures d'images, ruptures de tons... Suspensions.

Le musicien glisse là... Lui en entier, en chair et en os, en musique et en voix... Il part avec lui . Il plonge sans hésiter tel un véritable complice. Enveloppe le propos par un espace sonore et silencieux. Il est la musique intérieure. L'accoucheur. L'évidence. Bien plus qu'un soutien!

Télécharger la photothèque Folies Ordinaires

Télécharger les photos en HD >> ICI !

Photothèque Folies Ordinaires