L'histoire

Extraits texte du spectacle:

« Envie de crier dans ces vides.           Blessures. Absences. Silences.
J’ai manqué de mots…Tant de fois…J’ai  attendu des mots qui ne sont pas venus… »

« Ils sont là…partout. Descendants probables du dieu Cronos, ils vivaient jadis, aux confins du monde civilisé. Ils enlevaient ici et là des dizaines de gamins et s’en repaissaient allégrement. Mais face à eux, une résistance s’est organisé et ils furent dispersés…chassés… »

« Je vais vous raconter l’histoire de l’un d’eux…Balthus Zaminski.
Fils de Benoit Bronislaw et Nadège Véronicka Zaminsky, Balthus Zaminski, nait à Paris en  février 1953 au sein d’une riche famille d’aristocrates qui a quitté sa terre natale de l’Est. »

« Pauvre Balthus !  Orphelin dès 14 ans ! Pauvre Balthus ! Piégé par la parole d’un père…piégé par une promesse à tenir. Pauvre Balthus ! qui obéit …et qui y prend véritablement goût ! »

« Là, un autre enfant de 13 ans…là, un autre père…là, un autre endroit… un autre temps… février 1981…L’enfant est là au pied d’un lit… son père y souffre… sue.. gémit … »

« - Mais pourquoi, pourquoi est-ce un crime si j’aime cela ? Puisque la nature a mis ce goût en moi, c’est la société qui bride mes instincts et qui doit être changée. »

« Il se souvient aussi de ces nuits affreuses où son père et sa mère, ivres de rage, venaient tambouriner à la porte de sa chambre en hurlant : « Où est notre fils, où est notre fils ? » La faim les égarait. Elle leur ôtait tout sens des convenances. «

« Malgré son jeune âge, il devient vite un avocat d’affaires réputé. C’est à ce moment là qu’il fait une promesse incroyable à son valet… une promesse d’abstinence totale ! »

Comment va t-il tenir la promesse faite à son père à l’âge de 13 ans alors qu’il vient à l’instant même d’en faire une autre contradictoire à son valet  Carciofi . Mais ce jeune avocat est tenace… Il semble tenir bon son nouveau destin promis. »

« Mais vous savez la maladie est tenace. Les addictions s’accrochent ».

« Chaque soir, pour sortir, il change de tenue, se fait « beau » ce qui le rend semblable à tous… Mais commet des actes qui ne ressemblent à aucun. «

« Carciofi parvient à retrouver la trace d’un exorciste et traqueur d’ogres qui lui explique que beaucoup d’ogres, pareils à certains bandits ou mafieux, fatigués d’être en marge, font défection. On a créé pour eux un groupe de réinsertion baptisé les Ogres Anonymes. »

« Tu sais je ne te l’ai jamais dit mais depuis plusieurs semaines je vais à la chapelle après l’école… j’y allume pleins de bougies et je prie pour que tu guérisses... Je sais, papa, tu m’as jamais dit que tu étais malade. Mais je le sais que tu l’es...je le sens. Peut être que moi aussi je suis magicien aux milieux de mes bougies ! J’en suis sûr. Tu seras là quand je reviendrai. «

« Papa, j’essaierai de me rappeler de tout avant d’arriver à la maison. Je marcherai en équilibre sur le trottoir… et je ne toucherai pas la route… Equilibre sur bloc de béton. Si mon pied touche la route , J’ai perdu… et tu ne seras plus là quand je rentrerai… t’inquiètes, je ferai bien attention. Je suis un vrai funambule. »


« J’ai un jour manger de l’ogre…je crois.   Ou alors on m’a fait avaler des couleuvres ???
Qui sait ? Je n’ai jamais mangé d’enfant.
Je raconte des histoires. Addiction aux verbes…
Pour soigner quoi ? Cacher qui ? Révéler mieux ? rêver droit ?
Penser libre ? Croquer vie ? Survivre ? Vivre grand ?
Intense ? Dense ? Danse. Danse. Danse.                Silence. »                                            

Télécharger la photothèque Ogres

Télécharger les photos en HD >> ICI !