FOLIES ORDINAIRES

LE SPECTACLE

Ecrit et conté par Frédéric DAVID Avec la complicité musicale de Jeff Manuel (guitare, sample et cie)

Mise en scène : Rémy BOIRON
Création Lumière : Ronan FABLET

« Un SPECTACLE comme une épopée délirante et impertinente sur la rencontre, la tolérance et le respect »

Telle une véritable performance verbale, corporelle et gestuelle, suspendue et tonique, le spectacle de Frédéric DAVID et Jeff MANUEL se place là, entre le théâtre, le récit de vie et le conte merveilleux et contemporain… L'(e) auteur/acteur/conteur nous emmène dans un récit de vie, un dédale de portraits aussi réalistes qu’imaginaires. Il nous embarque dans ses images, fait exploser le « verbe » et nous faisant partir très loin, très haut et paradoxalement si près… Sans doute au coeur de nous mêmes !

« D’étoiles dansantes en bons gros tétons laiteux, Ancelin – le héros – est ballotté au milieu de personnages ciselés à la hache, tous aussi attachants que terribles… Avec la tribu des Brotte et tous leurs compères tchugandais, nous goûtons ainsi à toute une série de portraits d’une humanité, en prise avec leur propre vie, dans ce qu’elle a d’attachant et de révoltant, au fil d’une histoire qui prône évidemment la nécessité impérieuse de s’ouvrir au monde… »

Comme si par de petites histoires, on en revenait toujours à la même histoire ; celle d’êtres humains qui feront tout pour survivre dans cette « folie » ambiante. “Humour, musique, poésie, émotions sont les ingrédients de ce spectacle”

L’HISTOIRE

D’étoiles dansantes en bons gros tétons laiteux, Ancelin – le héros – est ballotté au milieu de personnages ciselés à la hache, tous aussi attachants que terribles…

Frédéric David fait partager ce qui l’habite depuis toujours : des histoires « faites maison » comme une grande épopée au coeur de son enfance, avec ses monstres et ses douceurs. De folies ordinaires en barbaries quotidiennes. Nous goûterons ainsi à toute une série de portraits d’une humanité, en prise avec leur propre vie, dans ce qu’elle a d’attachant et de révoltant, au fil d’une histoire qui dénonce les batailles de clochers, défend l’idée des différences et qui prône évidemment la nécessité impérieuse de s’ouvrir au monde…

Comme si par de petites histoires, on en revenait toujours à la même histoire ; celle d’êtres humains qui feront tout pour survivre dans cette « folie » ambiante.

Notes de mise en scène
« Rire de nous même et toucher l’humanité toute entière ».
Tout commence par un conteur sur scène qui incarne l’homme…. Un homme adulte – cela se voit – porté par une histoire qui prend racine dans une enfance – en cela il est bien humain, comparable à nous. Il y a là, proche de lui, un homme musicien, généreux et bienveillant – il le porte sur lui – ! Le décor est planté.
Il nous parle, nous raconte son chez lui. Nous fait découvrir ses frontières visibles et intérieures…Nous balance dans ses espérances, ses rêves, ses peurs. Et voilà que tout bascule, l’homme de scène retourne à la source des plus grandes utopies… Les monstres sont omniprésents mais il en voit la bonté, la générosite… Et tout devient profondément joueur et optimiste.
La forme devient alors spectaculaire et enlevée… On sent l’urgence de dire… Il faut à cet homme parler de cet univers qui l’entoure… Revenir aux motivations et convictions… Il décrit « son » monde humain, mécanique, onirique, surréaliste.
Le conteur distille sa parole, corps et âme. Elle se structure, s’intensifie, se débride…envolées verbales fracturées de silences… Une parole contée et jouée, phrasée et gestuelle. Ruptures d’images, ruptures de tons… Suspensions.
Le musicien glisse là… Lui en entier, en chair et en os, en musique et en voix… Il part avec lui . Il plonge sans hésiter tel un véritable complice. Enveloppe le propos par un espace sonore et silencieux. Il est la musique intérieure. L’accoucheur. L’évidence. Bien plus qu’un soutien !

L’ÉQUIPE

Frédéric David


Il raconte comment va le monde, aimant se glisser dans la peau de ses personnages, passant du comédien au conteur, du cri au silence… Depuis tout petit, les histoires sous toutes leurs formes font partie intégrante de la vie de Frédéric DAVID. Né en 1967 à Cholet (49), il racontera ses premières histoires dans les bacs à sable sur les bords de la Loire ou de l’océan Atlantique…. Ensuite, des pieds des Pyrénées à la frontière Belge, il mettra en scène diverses compagnies. Comédien, metteur en scène, marionnettiste, il crée et/ou participe à de nombreuses créations (Théâtre de l’inattendu -59-, Cie Bolega Bolega -11-, Cie Apsaras -33-, Cie les Petits Bancs -13-).

Il crée en 2003, le Festival SPIRALE A HISTOIRES, événement majeur des Arts de la Parole à Riscle (Gers) dans le Sud-Ouest et construit – chez lui – un lieu de diffusion et de création « Le Petit théâtre Spirale ». Sans abandonner le monde du spectacle, il intervient dans le monde de l’éducation. Formé aux ateliers de l’art cru, il développe les ateliers d’expression autour de la parole.

Jeff Manuel

Dès sa naissance, en 1962 à Tarbes, les doigts de Jeff MANUEL ont sans doute cherché quelque chose à gratter (!!!) : un fil à linge, un fil de pèche, un fil dentaire…. Et très vite il est tombé sur un manche à 6 cordes… La rencontre était fortuite : depuis la guitare et lui ne se sont plus jamais quittés ! Jeff est un musicien hors pair, on le retrouve dans tant de bons groupes (Tobrogoï, Chet Nuneta, Serenata, Troublamours) il est aussi musicien et réalisateur artistique de plusieurs spectacles (Equestria Tarbes, Albi, théâtre, lecture…) Auteur, compositeur, et homme de scène, il vient là poser ses chauds univers divers, ses rocs de notes décoffrées, ses balades à en pleurer…. Il aime ça… Il respire, joue, érotise le propos.

Rémy BOIRON

Et puis, c’est Rémy BOIRON (qui depuis plus de10 ans, avec la compagnie humaine, joue ses spectacles à guichet fermé au festival Off d’Avignon. Il a été primé du DEVOS D’OR au festival des evos de l’Humour avec ” La Luna Negra”, et du prix Tournesol, prix sur l’éthique et l’environnement au festival offd’Avignon, avec “Ames à Grammes”) qui vient accompagner la finalisation du projet de son oeil aiguisé et complice… Metteur en scène et directeur d’acteur il bouscule, force à préciser l’intention, le jeu, le pourquoi du comment… Et pose la touche finale !

Ronan FABLET

Il (l’homme aux doigts lumineux) plonge lui aussi dans l’histoire avec son regard expert et son sens de la bidouille et de la création pour que la lumière soit…..

TECHNIQUE ET CONTACT

En tournée : 2 à 3 personnes au départ d’Arblade le Bas (Gers).

Public : Tout public à partir de 8 ans

Jauge : Selon le lieu et la configuration

Durée : 1h15 (possibilité d’une version plus courte)

Montage : Selon le lieu et la configuration (3h de montage et réglages+ 1h échauffement)

Démontage : Démontage 1h

Dimensions plateau idéales : 8x6x4m (Mais tout espace scénique peut donc normalement être envisagé).

Fiche technique : La compagnie vous fournira la Fiche Technique

Gradins : La compagnie peut fournir un gradin jusqu’à 100 places assises sur trois niveaux

Catering simple en loge : Eau plate, Fruits frais et fruits secs, Biscuits ( et un peu de chocolat au lait, Mmm !!!).

Contact diffusion : Marie-agnès Séguignes
Mob. 06 23 58 96 64
diffusion@eclatdesombres.com

Contact technique & artistique : Frédéric DAVID
Mob. 06 30 58 78 54
contact@ciemondeapart.com

LE CLOU DANS LA PLANCHE TOULOUSE
Théâtre « Le Fil àPlomb » Novembre 2012 ce trou profond et engagé… trou profond et engagé

“Méfiez-vous des histoires, elles passent toujours par la même porte que les vérités.”
Nul besoin de décor, quand verbaliser son imaginaire au mot près suffit à stimuler celui du spectateur au profit d’un voyage au pays natal. L’ambiance s’enchaîne et se déchaine, se fait et se défait. Chacun assiste au cheminement d’Ancelin vers la maturité: de son éveil à la sexualité (atmosphère lumineuse orgasmique, “une douce chaleur l’envahit.”), à la poursuite de ses espérances (“C’est plutôt ça, le bonheur !”), en passant par les bassesses qui égrainent quelques particularités de la nature humaine. Quelques phrases-phares ponctuent à la Desproges l’insolence de cette douce fable taquine. Au fil des envolées verbales, la diction de Frédéric s’emballe tout en maintenant avec maîtrise l’équilibre périlleux entre fluidité et densité. Il sait assurément où mettre les points et les suspensions, avec une maîtrise corporelle impertinente et généreuse, tonique et fracturée. Quand Jeff met son grain de sel à l’exploration sonore, alors la musique éclaire par petites notes de couleur les harmonies et dissonances intérieures d’Ancelin. Tantôt expérimentale et brute, tantôt mélodique et rassurante : une évidence auditive dense, une danse sensorielle qui tonifie le conte et la comédie. Des raisons de donner du grain à moudre à cette déraison…? Oui, semer quelques graines de folie prosaïques, et les abandonner au temps des foudroyantes lucidités…

Marlène Marlène Pereira